Transition to a New Reign: What Happens in Canada on the Death of the Reigning Monarch

(La transition vers un nouveau Règne : ce qui arrive au Canada au décès du monarque régnantLe français suit)

By Nathan Tidridge

Following the death of Queen Elizabeth II, the person next in line to the throne (at the time of writing, the Prince of Wales, Prince Charles) will ascend the throne. There is no interregnum.

In the law of Canada, the succession is instantaneous and automatic and does not require any special action by the Canadian government. The Crown is an institution and the demise of the Sovereign does not affect the day-to-day governance of the country. This notion is captured in a solemn phrase that will be repeated throughout Canada and the other Commonwealth realms: “The Queen is dead, long live the King.” The Proclamation of the new monarch simply announces this fact. Moreover, federal and provincial legislation provides that the “demise of the Crown” does not affect the operation of Parliament, the legislatures, courts, and office-holders, or require the swearing of fresh oaths of office or allegiance. Given historic practice, the following measures may be anticipated.

Key moments in Canada following the decease of the Sovereign

  • The Prince of Wales automatically succeeds the Queen as King of Canada. He is free to adopt a new regnal name as King (for example Charles III or George VII).
  • Proclamation is issued by the Governor General announcing the death of the Queen and the Accession of the new Sovereign. This proclamation is published in the Canada Gazette.
  • The Governor General and Lieutenant Governors make statements of condolence, followed by the Prime Minister and other members of the federal, provincial and territorial governments. Official representatives of Canada will be present at Her Late Majesty’s funeral in London.
  • An Accession Council is convened at St. James’s Palace in London to announce, in formal terms, the succession of the Prince of Wales as Sovereign. The Canadian High Commissioner is invited to attend this meeting and sign the accession proclamation.
  • An Accession Proclamation Ceremony is held by the Canadian Privy Council. Similar ceremonies are convened by the provinces. It is important to note that these ceremonies are meant to announce the Accession and are not required for it to take effect.
  • If the House of Commons is in session, the Prime Minister moves a joint address of loyalty and sympathy and any message of condolence at the first sitting of Parliament following the death of the Queen. He arranges for the motions to be seconded by the Leader of the Opposition. Similar addresses may be moved in the provincial and territorial legislatures.
  • The Governor General and the Prime Minister send personal messages to the Sovereign and members of the Royal Family.
  • An official period of mourning is declared by the Department of Canadian Heritage. Portraits of the Queen, as well as flags displayed indoors, may be draped with black ribbon.
  • Flags across the country – particularly those flown atop federal, provincial and territorial government buildings – are flown at half-mast.
  • Condolence books may be made available for Canadians to sign across the country, including viceregal residences and offices. There may also be online condolence books.
  • national memorial service is held in Ottawa. Provincial and territorial memorial services may also be held in their respective capitals.
  • While the image and name of the new Sovereign will gradually be incorporated into Canadian society, their absence does not invalidate currency, passports, or any other government documents. Under provisions of the federal and provincial Interpretation Acts, legal changes are minimal. Statutory references to “the Queen” and “Her Majesty” can be construed as or changed to “the King” and “His Majesty” in the course of legislation.
  • Parliamentarians of both Houses of Parliament and members of the provincial and territorial legislative assemblies do not need to take a new oath to continue to sit in their legislative capacity. The same is the case for federal, provincial and territorial ministers of the Crown.
  • Lawyers with the “Queen’s Counsel” (QC) designation automatically become “King’s Counsel” (KC) and in some provinces the Court of Queen’s Bench becomes the Court of King’s Bench. Officers of the Crown, such as civil servants and judges, are not required in most cases to swear again the oath of allegiance or to be re-appointed (exceptions are some offices in the provinces of Ontario and Prince Edward Island).
  • The Coronation, which normally occurs some months after the Accession, is a religious and ceremonial event publicly recognizing the new Sovereign. While this is a British ceremony and takes place at Westminster Abbey in London, Canada and the other Realms are involved in the planning and participate in the occasion. Canada traditionally sends contingents from the Canadian Forces and RCMP to take part in the parade. As was the case in 1953, there will likely be a ceremony on Parliament Hill led by the Governor General to mark the Coronation.

Commentary

The death of the Sovereign is a momentous event and provides a natural opportunity for national mourning and reflection, not only on a life of selfless service, but also on a remarkable period of our history that that life encompassed. For most Canadians, Elizabeth II has been the only monarch they have ever known.

The reign of a monarch provides a country with bookends that allow for people to look back on cultural, political, social, and constitutional changes during that time. Given the extraordinary length of the reign of Queen Elizabeth II, such reflections are natural, particularly in her Canadian Realm. The past seven decades have witnessed the transformation of Canada into a dynamic, officially bilingual, multicultural country, with a vibrant and evolving democracy. Indeed, the national identity of Canada – emphasized by the new National Flag proclaimed by the Queen in 1965 – continues to develop. As Prince Charles observed in 2017, “Canada is recognised as a champion of human rights, as a peacekeeper, a responsible steward of the environment and natural resources, and as a powerful and consistent example of diversity and the power of inclusion.” Countless national commemorations have been marked and ceremonies performed by the Queen, many as part of her 22 tours of the country. Her reign has also seen tests of national unity, periods of crisis and strained Treaty relationships. As Her Majesty said during a visit to Quebec in 1990, “I’m not just a fair weather friend.”

Elizabeth II has presided over a number of constitutional developments in Canada, most notably when she proclaimed into force the Constitution Act, 1982, which includes the Canadian Charter of Rights and Freedoms. Her reign has also witnessed the continued assertion of Indigenous Treaty rights, as well as efforts by the Canadian and provincial governments to work toward reconciliation with First Nations, Inuit and Métis.

This moment will also mark the beginning of a new reign by a King who is no stranger to Canada. Since 1970, Prince Charles has toured every region of the country, engaging with countless Canadians and Indigenous Peoples. First established in 2011 as the Prince’s Charities Canada, the Prince’s Trust Canada has worked with veterans, Indigenous Peoples and young people in areas of common interest such as environmental sustainability, language and cultural preservation. For decades Prince Charles has been an outstanding global champion of the environment, sustainability, interfaith dialogue and the multicultural, multiracial Commonwealth. Whether it has been asserting Canadian sovereignty in the Arctic (1970) or advocating on behalf of Canada’s young people in the midst of the COVID-19 pandemic, Canadians will be getting a king who has already been part of the country’s story for well over a half-century.

Facts about the Crown in Canada

  • Canada is a constitutional monarchy with Queen Elizabeth II as Queen of Canada, a title formally bestowed on her for the first time by the Canadian Parliament through a proclamation authorized by the Royal Style and Titles Act (1953). Elizabeth II’s role as Queen of Canada is totally independent of her role as Queen of the United Kingdom.
  • The Queen is represented federally by the governor general and in each province by a lieutenant governor. The representatives of the Crown are the oldest public offices in Canada, some dating back to the 17th century.
  • The Crown is the principal framework around which Canada’s legal and political institutions are organized. The Queen embodies the Canadian State and the Crown is central to the structure of Canada’s parliamentary democracy.
  • Indigenous Treaties are with the Crown. These treaties, some stretching back centuries, bind the Queen and her representatives in relationships of kinship with Indigenous Peoples.
  • The Parliament of Canada comprises three parts: The Queen, the Senate, and the House of Commons. Provincial Legislatures comprise the Lieutenant Governor and an elected Assembly.
  • While the Canadian Crown has its roots in the French and British Crowns, it is an institution unique to this country and its history goes back centuries, pre-dating Confederation. The Canadian Crown effectively became a legally distinct entity, affirming Canada’s autonomy within the Commonwealth, with the enactment by the British Parliament of the Statute of Westminster in 1931. The Canada Act 1982 completed the process, leading to Canada’s status as a fully independent state.by ending the power of the Parliament of the United Kingdom to enact laws applying to Canada.
  • Section 41 of Canada’s Constitution Act1982, requires the consent of all ten provincial legislative assemblies and both Houses of Parliament to make any fundamental changes to “the office of the Queen, the Governor General and the Lieutenant Governor of a province.” This provision entrenches Canada’s constitutional monarchy in the Constitution.

Sources

Canada, Privy Council Office: Manual of Official Procedure of the Government of Canada, Henry F. Davis and André Millar. Ottawa: Government of Canada, 1968.

Thomson Irvine, “Demise of the Crown: An Historical Review of the Law in Canada,” Journal of Parliamentary and Political Law, Vol. 12, 2019.

Further Reading

Ian Holloway, “The Law of Succession and the Canadian Crown,” in Canada and the Crown: Essays on Constitutional Monarchy, edited by D. Michael Jackson and Philippe Lagassé (Montreal & Kingston: McGill-Queen’s University Press, 2013).

Warren Newman, “The Succession to the Throne in Canada,” and David Johnson, “Heritage and Innovation: The Future Reign of Charles III,” in Royal Progress: Canada’s Monarchy in the Age of Disruption, edited by D. Michael Jackson (Toronto: Dundurn Press, 2020).


La transition vers un nouveau Règne : ce qui arrive au Canada au décès du monarque régnant

Par Nathan Tidridge

A la suite du décès de la Reine Elizabeth II, la personne immédiatement en ligne pour occuper le trône (au moment actuel, le Prince de Galles, le Prince Charles) montera sur le trône. Il n’y a pas d’interrègne.

Selon le droit en vigueur au Canada, la succession est instantanée et automatique, et ne requiert aucune action spéciale de la part du gouvernement canadien. La couronne est une institution et le décès du Souverain n’a pas d’impact sur la gouvernance quotidienne du pays. Cette notion est contenue dans cette phrase solennelle qui sera répétée à travers le Canada et dans les autres royaumes du Commonwealth : « La Reine est morte, longue vie au Roi ». La proclamation du nouveau monarque annonce simplement ce fait. De plus, les législations fédérales et provinciales stipulent que la transmission de la Couronne n’affecte pas l’opération du Parlement, des législatures, des cours, des détenteurs de hautes fonctions publiques, non plus qu’elle requière un nouveau serment d’allégeance ou d’office. Selon les pratiques historiques en usage, les mesures suivantes peuvent être anticipées.

Moment clés au Canada à la suite du décès du Souverain

  • Le Prince de Galles succède automatiquement à la Reine comme Roi du Canada. Il est libre d’adopter un nouveau nom royal comme Roi (par exemples Charles III ou George VII).
  • Une Proclamation est publiée par le Gouverneur général annonçant le décès de la Reine et l’accession du nouveau Souverain. Cette proclamation sera publiée dans la Gazette du Canada.
  • Le Gouverneur général et les Lieutenants-gouverneurs expriment leurs condoléances dans une déclaration, suivis du premier ministre et des autres membres des gouvernements, fédéral, provinciaux et territoriaux. Les représentants en titre du Canada seront présents aux funérailles de feue sa Majesté à Londres.
  • Un Conseil de l’accession au trône est convoqué au Palais Saint-James à Londres pour annoncer, en langage formel, l’avènement du Prince de Galles comme Souverain. Le Haut-Commissaire du Canada est invité à participer à cette réunion et à signer la proclamation d’accession.
  • Une cérémonie de Proclamation de l’accession au trône est tenue par le Conseil privé du Canada. Des cérémonies semblables se tiennent dans les Provinces. Il est important de noter que ces cérémonies visent à annoncer l’accession au trône et ne sont pas requises pour que celle-ci prenne effet.
  • Si la Chambre des communes est en session, le premier ministre propose une adresse conjointe de loyauté, de sympathie et un message de condoléance à la première séance du Parlement suivant le décès de la Reine. Il invite le chef de l’opposition à appuyer la motion. Des adresses semblables peuvent être proposées dans les législatures provinciales et territoriales. Les conseils des cités et villes peuvent aussi adopter des messages de condoléances, de même qu’exprimer un appui au nouveau Souverain.
  • Le Gouverneur général et le premier ministre envoient un message personnel au nouveau Souverain et aux membres de la famille royale.
  • Une période officielle de deuil est annoncée par le Ministère du Patrimoine canadien. Les portraits de la Reine, de même que les drapeaux placés à l’intérieur des édifices, peuvent être ornés d’un ruban noir.
  • Les drapeaux à travers le pays, en particulier ceux qui flottent au-dessus des édifices fédéraux, provinciaux et territoriaux, sont mis en berne. Le Ministère du Patrimoine canadien détermine la durée du temps où les drapeaux demeureront en berne.
  • Des livres de condoléances seront disponibles pour la signature des Canadien(ne)s à travers le pays, y inclus dans les résidences et bureaux vice-royaux. Il peut aussi y avoir des livres de condoléances accessibles en ligne.
  • Un service commémoratif national a lieu à Ottawa. Les provinces et les territoires peuvent également tenir de tels services dans leur capitale respective.
  • Alors que les représentations et le nom du nouveau Souverain seront progressivement intégrés dans la société canadienne, leur absence ne rend pas invalide la monnaie, les passeports ou tous autres documents du Gouvernement. Selon les dispositions des Lois d’interprétation fédérales et provinciales, les changements à apporter sont minimes. Les références statutaires à « la Reine » peuvent être comprises ou changées par « le Roi » ou dans le cours ordinaire de la législation.
  • Les Parlementaires des deux chambres du Parlement et les députés des assemblées législatives des provinces et des territoires n’ont pas à souscrire un nouveau serment d’allégeance pour continuer à assumer validement leur fonction législative. Il en est de même pour les ministres de la couronne fédéraux, provinciaux et territoriaux.
  • Les avocats qui portent le titre de « Conseiller de la Reine » (C.R.) deviennent automatiquement « Conseiller du Roi » (C.R.) et dans certaines provinces, la Cour du Banc de la Reine devient la Cour du Banc du Roi. Les Officiers de la couronne, comme les hauts fonctionnaires et les juges ne sont pas requis, dans la majorité des cas, à souscrire à nouveau un serment d’allégeance, ou encore à devoir être renommés (à l’exception de certains postes dans les provinces de l’Ontario et de l’Île du Prince-Édouard).
  • Le Couronnement, qui normalement survient quelques mois après l’Accession, est un évènement religieux et cérémoniel reconnaissant publiquement le nouveau Souverain. Bien que ce soit une cérémonie britannique et qu’elle ait lieu à l’abbaye de Westminster à Londres, le Canada et les autres royaumes sont parties à la préparation de la cérémonie et ils y participent également. Traditionnellement, le Canada envoie un contingent des Forces armées canadiennes et de la Gendarmerie royale pour prendre part à la parade du couronnement. Comme cela s’est produit en 1953, il y aura vraisemblablement une cérémonie sur la Colline parlementaire présidée par le Gouverneur général pour célébrer le Couronnement.

Commentaire

Le décès du Souverain est un évènement de grande importance et représente une occasion particulière pour partager un deuil national et entretenir un moment de réflexion, non seulement sur une vie de dévouement exemplaire, mais aussi sur une remarquable période de notre histoire dont cette vie témoigne. Pour la très grande majorité des Canadien(ne)s, Elizabeth II a été le seul monarque qu’ils auront connu.

Le règne d’un monarque offre au pays les paramètres qui permettent à la population de réévaluer les changements culturels, politiques, sociaux et constitutionnels survenus pendant cette période. Compte tenu de la durée exceptionnelle du règne de la Reine Elizabeth II, de telles réflexions sont opportunes, particulièrement dans le royaume canadien. Les sept dernières décennies ont vu la transformation du Canada en un pays dynamique, officiellement bilingue et multiculturel, soutenu par une démocratie bien vivante et sensible à l’évolution. En effet, l’identité nationale du Canada, appuyée par un nouveau drapeau national proclamé par la Reine en 1965 et par un hymne national en 1980, continue de se développer. Comme le Prince Charles l’a constaté en 2017, « Le Canada est reconnu comme champion des droits de la personne, comme gardien de la paix, gestionnaire responsable de l’environnement et des ressources naturelles, et un exemple convainquant et persistant de la diversité et de la capacité d’inclusion. »

D’innombrables commémorations et cérémonies nationales ont été présidées par la Reine, plusieurs à l’occasion des 22 visites qu’elle a effectuées au pays. Son règne a aussi été témoin de période de tensions pour l’unité nationale, périodes de crises et de défis dans les relations commandées par les Traités autochtones. Comme sa Majesté l’a déclaré lors d’une visite au Québec en 1990 : « Je ne suis pas seulement une amie des bons jours. »

Elizabeth II a présidé à de nombreux développements constitutionnels au Canada, en particulier lorsqu’elle a proclamé la Loi constitutionnelle de 1982, qui comprend la Charte canadienne des droits et libertés. Son règne a également été témoin de l’affirmation continue des droits autochtones issus des Traités, de même que des efforts déployés par les gouvernements du Canada et des provinces pour la réconciliation avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis.

Ce moment particulier souligne également le début du nouveau règne d’un Roi qui n’est pas étranger au Canada. Depuis 1970, le Prince Charles a visité chacune des régions du pays, rencontrant un nombre incalculable de Canadien(ne)s et de membres des nations autochtones, en particulier par l’intermédiaire de la Fondation du Prince au Canada, fondation qui a travaillé avec les vétérans, les peuples autochtones et les jeunes dans des domaines d’intérêt comme le soutien à l’environnement durable et la préservation des langues et des cultures. Depuis des décades, le Prince Charles a été un champion reconnu à l’international pour ses initiatives en faveur de l’avènement d’un environnement durable, le dialogue œcuménique et un Commonwealth multiculturel et multiracial. Que ce soit l’affirmation de la souveraineté canadienne dans l’Arctique (1970) ou l’attention portée à la condition des jeunes au milieu de la pandémie de COVID-19, les Canadien(ne)s savent que leur nouveau Roi a déjà pris part à l’évolution du pays depuis près d’un demi-siècle.

Faits au sujet de la couronne au Canada

  • Le Canada est une monarchie constitutionnelle avec à sa tête la Reine Elizabeth II à titre de Reine du Canada, un titre qui lui a été octroyé la première fois par le parlement canadien par une proclamation ainsi que l’autorisait la Loi sur les titres royaux (1953). Les responsabilités de la Reine du Canada sont totalement indépendantes de celles de Reine du Royaume-Uni.
  • La Reine est représentée au fédéral par le Gouverneur général, et dans chaque province par un Lieutenant-gouverneur. La fonction de représentant de la Couronne est la plus ancienne fonction officielle au Canada, remontant jusqu’au XVIIe siècle.
  • La Couronne est le principe organisationnel qui soutient les institutions politiques et légales du Canada. La Reine incarne l’État canadien et la Couronne est le principe central qui structure la démocratie parlementaire au Canada.
  • Les Traités autochtones sont signés avec le Couronne. Ces traités, dont certains remontent à plusieurs siècles, lient la Reine et ses représentants dans des relations de confiance avec les Peuples autochtones.
  • Le Parlement du Canada comprend trois parties : la Reine, le Sénat et la Chambre des communes. Les législatures provinciales comprennent le Lieutenant-gouverneur et une assemblée de député(e)s élu(e)s.
  • Alors que la Couronne canadienne a des racines issues des Couronnes françaises et britanniques, elle est une institution unique à ce pays, et son histoire remonte à plusieurs siècles, bien avant la Confédération. La Couronne canadienne est devenue une entité légale distincte, reflétant l’autonomie canadienne à l’intérieur du Commonwealth, depuis l’adoption du Statut de Westminster en 1931. La Loi du Canada de 1982 a complété ce processus d’autonomie, conduisant au statut d’indépendance totale du pays, en mettant un terme au pouvoir du Parlement du Royaume-Uni d’adopter des lois s’appliquant au Canada.
  • L’article 41 de la Loi constitutionnelle de 1982 requiert le consentement des assemblées législatives des dix provinces et des deux chambres du Parlement pour effectuer des changements à « la charge de Reine, celle de gouverneur général et celle de lieutenant-gouverneur […] ». Cette disposition enchâsse dans la Constitution la monarchie constitutionnelle au Canada.

Sources

Canada, Bureau du Conseil privé: Manuel de procédure officielle du gouvernement du Canada, Henry F. Davis et André Millar. Ottawa: Gouvernement du Canada, 1968.

Thomson Irvine, « Demise of the Crown: An Historical Review of the Law in Canada », Revue de droit parlementaire et politique, Vol. 12, 2019.

Lectures supplémentaires

Ian Holloway, « The Law of Succession and the Canadian Crown », dans Canada and the Crown: Essays on Constitutional Monarchy, dirigé par D. Michael Jackson et Philippe Lagassé (Montréal & Kingston: McGill-Queen’s University Press, 2013).

Warren Newman, « The Succession to the Throne in Canada » et David Johnson, « Heritage and Innovation: The Future Reign of Charles III », dans Royal Progress: Canada’s Monarchy in the Age of Disruption, dirigé par D. Michael Jackson (Toronto: Dundurn Press, 2020).