Historical Perspective on Monarchy in Canada

(La monarchie canadienne dans une perspective historique : Le français suit)

By D. Michael Jackson

Monarchy has been at the centre of governments in Canada for more than 500 years. When John Cabot landed in Newfoundland in 1497 and Jacques Cartier did the same at Gaspé in 1534, they flew the banners of their kings—Henry VII of England and François Ier of France. French and British monarchs presided over colonial settlements until the French régime was displaced by the British in 1763.

By then, monarchy in the United Kingdom—unlike France—was evolving into a “constitutional” form, where the kings or queens reigned but no longer ruled. Government was carried out in their name by their advisers, the ministers of the Crown, led by the prime minister and responsible to elected representatives of the people—“responsible government,” where the monarch’s role would become mainly symbolic. (Responsible government is to be distinguished from the American republican system, which combines the roles of head of state and head of government in a single person, the president.) Although at first the British royal governors ran the Canadian colonies without necessarily heeding the elected assemblies, full responsible government was achieved in Nova Scotia in 1848, the Province of Canada (present-day Ontario and Quebec) in 1849, Prince Edward Island in 1851, New Brunswick in 1854, and Newfoundland in 1855.

The Crown and Indigenous Peoples

From the very beginning of contact, the Crown was the institution through which Europeans established relationships with Indigenous Peoples. King George III’s Royal Proclamation of 1763 and its ratification by the Nations of the Great Lakes Region through the 1764 Treaty of Niagara affirmed Indigenous sovereignty in their lands. Indigenous peoples, however, were not part of the negotiations for Confederation in 1867 and the erosion of these relationships by successive governments is still being addressed today. Treaties, and the rights they encompass, continue to be guaranteed by the “honour of the Crown,” which is why they are made with the Crown and not the government of the day.

Recent Supreme Court decisions have revived the crucial notion of the honour of the Crown in dealings with the First Nations, Inuit and Métis. “The Crown-First Nations treaty relationship,” said National Chief Perry Bellegarde of the Assembly of First Nations in 2019, “is not founded in colonialism or in rights denial, but rather the equality and sovereignty of peoples and our agreement to share the land without dominating one another.”[1] In addition to its legal obligation to uphold Indigenous rights, the Crown, through the Sovereign, governor general, and lieutenant governors, continues to hold major symbolic importance for Indigenous nations and peoples.

The Crown and Quebec

After Britain gained control over New France following the 1763 Treaty of Paris, Canadiens adapted to the British monarchy, seeing King George III as effectively the successor to King Louis XV. The Quebec Act of 1774 accommodated the principles of British institutions to the reality of the province, for example retaining French civil law and allowing religious freedom for Roman Catholics. Deeming this preferable to the homogenizing sweep of the newborn republic of the United States, most Canadiens remained neutral or came to the defence of the Crown, helping repel American invasions in the 1775-1783 War of Independence and the War of 1812.

Canadien leaders proclaimed their loyalty to the Crown. Sir George-Étienne Cartier said in the 1865 Confederation debates, “[if French-Canadians] had their institutions, their language and their religion intact today, it was precisely because of their adherence to the British Crown.” For decades, Québécois enthusiastically welcomed members of the Royal Family to the province. Successive governors general, notably the first Francophone, Georges Vanier, made their mark on the province through their official residence, la Citadelle, in Quebec City. But the rise of the sovereigntist movement from the 1960s cast doubt on Quebec’s historic links with the Crown, now viewed by many as a symbol of colonialism rather than a vehicle for Francophone particularity.

Confederation and Beyond

During the negotiations for Confederation in the 1860s, one point was uncontested by the British North American delegates, including those from French-speaking Canada: the new country, the dominion of Canada, would be a constitutional monarchy, with Queen Victoria continuing as Sovereign. The British North America Act (now the Constitution Act, 1867)[2] stated that Canada’s constitution would be “similar in Principle to that of the United Kingdom” and that “the Executive Government and Authority of and over Canada is hereby declared to continue and to be vested in the Queen.”[3] Viceregal representatives would carry out most of the Queen’s responsibilities in the embryonic federal state: a governor general for the dominion and a lieutenant governor for each province.

At Confederation, Canada was conceived as a largely centralized state, with the provinces regarded as junior partners. Their lieutenant governors were appointed not by the Queen but by the governor general on the advice of the prime minister and were deemed to be federal officers. This was to change dramatically. Provincial jurisdiction and identity soon asserted themselves against the domination of Ottawa. The subordinate status of the lieutenant governors was transformed by a series of court decisions into one coordinate with that of the governor general.

In the pivotal Maritime Bank case in 1892, the Judicial Committee of the Privy Council in London ruled that “a Lieutenant-Governor, when appointed, is as much a representative of Her Majesty for all purposes of provincial government as the Governor General himself is for all purposes of Dominion government.” While the lieutenant governors are still appointed by the governor general, they are no longer seen as federal officers but as the Queen’s representatives in their own right, personifying the Crown in their provinces. Canada is now effectively what scholar David E. Smith calls a “compound monarchy,” with coordinate federal and provincial Crowns reflecting the nature of Confederation.[4]

An Independent Kingdom

The delegation of royal authority to local representatives of the Crown facilitated Canada’s growing autonomy within the British Empire and then its independence as a monarchy distinct from the United Kingdom. The Balfour Report submitted to the Imperial Conference of 1926 stated that the dominions were “autonomous communities […] equal in status, in no way subordinate to one another […] though united by a common allegiance to the Crown and freely associated as members of the British Commonwealth of Nations.” The 1930 Imperial Conference affirmed that the governor general no longer represented the British government, was solely the representative of the Sovereign, and was appointed by the Sovereign on the advice of the dominion prime minister.

The autonomy of the dominions was formalized by the Statute of Westminster, enacted by the Parliament of United Kingdom in 1931. In 1936, the dominions gave their approval to the abdication of King Edward VIII each in their own way. At his coronation in 1937, King George VI was the first monarch to refer to his role as king of the dominions.[5] Canada’s complete independence was confirmed in 1939 when the King issued a separate declaration that Canada was at war against Germany. The Canadian Crown came to ultimate fruition with the accession of Queen Elizabeth II in 1952 and her coronation in 1953. Canada’s distinct monarchical status was officially affirmed when she was recognized and designated as the Queen of Canada by a proclamation authorized under the Royal Style and Titles Act enacted by the Parliament of Canada in 1953.[6] Canada’s road to full independence culminated with the enactment, by the Parliament of the United Kingdom, of the Canada Act 1982.[7] After the coming into force of the Constitution Act, 1982, no new Act of the British Parliament would extend to Canada as part of its law.

Symbolic initiatives have underscored the identity of the Canadian Crown. The Queen approved a distinctive personal flag for her use as Queen of Canada in 1964. Since 2010, Canadian personal flags have also been approved for the Prince of Wales and other members of the Royal Family—a first among the Commonwealth realms. At the centennial of Confederation in 1967, a Canadian honours system under the Crown replaced British honours as formal recognition of achievement, bravery, merit and service. A Canadian Heraldic Authority was created in the office of the governor general in 1988 to exercise the royal prerogative of granting coats of arms, badges and flags, which had previously been done through the heralds in England and Scotland.

The Contemporary Status of the Monarchy

Since the 1931 Statute of Westminster, the Queen and Crown in right of Canada have been distinct from those of the United Kingdom, Australia, New Zealand and the other realms. The Constitution Act, 1982 entrenched the constitutional monarchy in Canada. Amendments to the Constitution in relation to the “office of the Queen, the Governor General and the Lieutenant Governor of as province”[8] are subject to paragraph 41(a) of the Act, which requires the unanimous consent of both Houses of Parliament and all ten provincial legislative assemblies. The Act effectively confirmed the reality of the Kingdom of Canada.

Since then, court decisions have clarified the status of the Crown in Canada. In 2013, the Ontario Superior Court of Justice, rejecting a challenge to the oath of allegiance to the Queen in the McAteer case,[9] noted that the “Crown sits at the sovereign apex of the legal and political system” and that in swearing an oath to the Queen, new citizens were expressing their loyalty toward “the institution of the state that she represents.” In the Motard case,[10] the Quebec Court of Appeal dismissed arguments challenging the Succession to the Throne Act, 2013[11] and claiming that its purposes could only be achieved through the unanimous consent procedure of section 41 of the Constitution Act, 1982. The Act, ruled the Court, was “consistent with the Canadian constitutional framework and principles.”[12]

As Queen Elizabeth II marks her Platinum Jubilee in 2022—seventy years as Queen of Canada – constitutional monarchy remains a key feature of Canada’s political and constitutional order, the culmination of five centuries of historical evolution, distinguishing us from our southern neighbours, symbolizing the Treaty relationship, and serving as a unique element of national identity.

Notes

[1] “Crown-First Nations Treaty Relationships,” in D. Michael Jackson, ed., Royal Progress: Canada’s Monarchy in the Age of Disruption (Toronto: Dundurn, 2020), 21.

[2] Constitution Act, 1867, 30 & 31 Vict., c.3 (UK), Preamble.

[3] Ibid., section 9.

[4] See David E. Smith, The Invisible Crown: The First Principle of Canadian Government (University of Toronto Press, 1995, 2013); D. Michael Jackson, The Crown and Canadian Federalism (Toronto: Dundurn, 2013); and Andrew Heard, “The Provincial Crown and Lieutenant Governors,” in Royal Progress. Canada’s Monarchy in the Age of Disruption.

[5] The term “realm” has now replaced “dominion” as the descriptor for the Commonwealth monarchies. These are, in order of population: Canada, Australia, New Zealand, Papua New Guinea, Jamaica, Antigua & Barbuda, The Bahamas, Belize, Grenada, St. Christopher & Nevis, St. Lucia, St. Vincent & the Grenadines, Solomon Islands, and Tuvalu. Some Commonwealth countries have their own monarch: Brunei Darussalam, Lesotho, Malaysia, Swaziland, and Tonga. The other Commonwealth nations are republics. All 54 Commonwealth states recognize the Queen as “Head of the Commonwealth.”

[6] The Queen’s official title is as follows: “Elizabeth the Second by the Grace of God of the United Kingdom, Canada and Her other Realms and Territories Queen, Head of the Commonwealth, Defender of the Faith” (Royal Style and Titles Act, RSC, 1985, c. R-12, s. 2, par. 2).

[7] Constitution Act, 1982, Schedule B of the Canada Act, 1982, c.11 (UK).

[8] Ibid., Section 41(a).

[9] McAteer et al. v. Canada (Attorney General), 2013, Ont. SCJ. 5895.

[10] Motard and Taillon v. Canada (Attorney General), 2019, QCCA., 1826.

[11] Succession to the Throne Act, SC, 2013, c. 6.

[12] Motard v. Canada (Attorney General), 2016 QCCS 588, par. 123. 

Further Reading

Peter Boyce. The Queen’s Other Realms: The Crown and its Legacy in Australia, Canada and New Zealand. Sydney: The Federation Press, 2008.

John Fraser. The Secret of the Crown: Canada’s Affair with Royalty. Toronto: Anansi, 2012.

D. Michael Jackson, ed. The Canadian Kingdom: 150 Years of Constitutional Monarchy. Toronto: Dundurn, 2018.

—. The Crown and Canadian Federalism. Toronto: Dundurn, 2013.

__. ed. Royal Progress: Canada’s Monarchy in the Age of Disruption. Toronto: Dundurn, 2020.

Christopher McCreery.The Canadian Honours System, Second Edition. Toronto: Dundurn, 2015.

David E. Smith. The Invisible Crown: The First Principle of Canadian Government. Toronto: University of Toronto Press, 1995, 2013.

Nathan Tidridge. Canada’s Constitutional Monarchy. Toronto: Dundurn, 2011.

––. The Queen at the Council Fire: The Treaty of Niagara, Reconciliation, and the Dignified Crown in Canada. Toronto: Dundurn, 2015.


La monarchie canadienne dans une perspective historique

Par D. Michael Jackson

La monarchie est demeurée au cœur des gouvernements du Canada depuis plus de 500 ans. Lorsque John Cabot accosta à Terre-Neuve en 1497 et Jacques Cartier à Gaspé en 1534, ils arboraient le pavillon de leurs souverains respectifs, Henri VII d’Angleterre et François Ier de France. Les rois français et britanniques voyaient au développement de leurs colonies jusqu’à ce que le régime français soit remplacé par le régime britannique en 1763.

A cette époque, la monarchie au Royaume-Uni, à la différence de celle de la France, évoluait dans le sens d’une forme constitutionnelle où les rois et les reines règnent mais ne gouvernent pas. Le gouvernement s’exerçait en leur nom par leurs conseillers, les ministres de la Couronne, avec à leur tête le premier ministre, responsable devant les représentants élus du peuple : c’est la forme du « gouvernement responsable », où le rôle du monarque devient principalement symbolique. (Le gouvernement responsable se distingue nettement de celui du système républicain américain qui réunit les responsabilités de chef d’État et chef du gouvernement sous la même personne (le Président).)

Bien qu’au départ les gouvernements royaux britanniques dirigeaient les colonies canadiennes sans nécessairement refléter les vues des assemblées électives, un véritable gouvernement responsable fut mis en place en Nouvelle-Écosse en 1848, dans la Province du Canada-Uni (l’actuel Ontario et Québec) en 1849, à l’Île du Prince-Édouard en 1851, au Nouveau-Brunswick en 1854 et à Terre-Neuve en 1855.

La Couronne et les peuples autochtones

Dès le début des premiers contacts, la Couronne était l’institution au nom de laquelle les colons européens établirent des relations avec les peuples autochtones. La Proclamation royale du Roi George III en 1763 et sa ratification par les Nations de la région des Grands Lacs en 1764 par le Traité de Niagara, reconnaissaient la souveraineté des Autochtones sur leurs territoires.

Cependant, les peuples autochtones ne prirent aucune part aux négociations menant à la Confédération de 1867 et la dégradation de leurs relations avec les gouvernements successifs est encore l’objet de grandes préoccupations aujourd’hui. Les Traités et les droits qu’ils contiennent continuent d’être garantis par « l’honneur de la Couronne », ce qui explique pourquoi ils sont conclus avec la Couronne et non pas avec le gouvernement du jour.

Des décisions récentes de la Cour suprême ont ravivé la notion cruciale d’Honneur de la Couronne dans les relations avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis. « Les relations de la Couronne et des Premières Nations dans les Traités, a déclaré en 2019 Perry Bellegarde, Chef national de l’Assemblée des Premières Nations, ne sont pas fondées sur le colonialisme ou le déni des droits, mais plutôt sur l’égalité et la souveraineté de nos peuples, et sur le consentement de partager le territoire sans que l’un domine l’autre ».[1]

En plus de son obligation légale de voir à respecter les droits des Autochtones, la Couronne, incarnée par le souverain et ses représentants, le gouverneur général et les lieutenants-gouverneurs, continue d’avoir une importance symbolique majeure pour les Nations et les peuples autochtones.

La Couronne et le Québec

Après que l’Angleterre eut pris possession de la Nouvelle-France en 1763 à la suite de la conclusion du Traité de Paris, les Canadiens s’adaptèrent à la monarchie britannique, voyant le Roi George III comme le successeur en fait du Roi Louis XV.

L’Acte de Québec de 1774 ajusta les principes des institutions britanniques à la réalité de la Province, par exemple en reconnaissant le droit civil d’origine française et en permettant la liberté de religion pour les Catholiques romains. Jugeant cette situation préférable au mouvement d’homogénéisation de la nouvelle république des États-Unis, la majorité des Canadiens demeurèrent neutres ou se portèrent à la défense de la Couronne, contribuant à repousser les invasions américaines de 1775-1783 lors de la Guerre d’Indépendance, ou encore lors de la Guerre de 1812.

Les chefs politiques canadiens affirmèrent leur loyauté à la Couronne. Sir George-Étienne Cartier déclara en 1865, lors des débats sur le projet de Confédération « [si les Canadiens français ont pu conserver intactes leurs institutions, leur langue et leur religion, c’est précisément parce qu’ils ont été fidèles à la Couronne britannique ».

Pendant des décennies, les Québécois ont accueilli avec enthousiasme les membres de la Famille royale en visite dans la Province. Les gouverneurs généraux canadiens, en particulier le premier gouverneur général francophone, Georges Vanier, ont laissé leur marque dans la province en séjournant à la Citadelle, leur résidence officielle dans la ville de Québec.

Mais la montée du mouvement souverainiste dans les années 1960 a jeté une ombre sur les liens historiques du Québec avec la Couronne, maintenant vue par beaucoup comme un symbole de colonialisme plutôt qu’un véhicule pour l’expression particulière des francophones.

La Confédération et au-delà

Pendant les négociations en vue de la formation de la confédération dans les années 1860, un élément n’a jamais été contesté par les délégués de l’Amérique du Nord britannique, y inclus des délégués francophones du Canada : le nouveau pays, le Dominion du Canada, devait être une monarchie constitutionnelle, ayant à sa tête la Reine Victoria comme souveraine.

L’Acte de l’Amérique du Nord britannique (maintenant Loi constitutionnelle de 1867) énonça que le Canada ne formera qu’une seule et même puissance « […] avec une constitution reposant sur les mêmes principes que celle du Royaume-Uni »,[2] et « [qu’à] la Reine continueront d’être et sont par la présente attribués le gouvernement et le pouvoir exécutifs du Canada. »[3]

Les représentants vice-royaux dans l’état fédéral naissant seraient chargés d’exercer la plupart des responsabilités de la Reine : le gouverneur général pour le Dominion et les lieutenants-gouverneurs pour chaque province. Au moment de la Confédération, le Canada était conçu comme un état largement centralisé, avec des provinces perçues comme des partenaires juniors. Leurs lieutenants-gouverneurs n’étaient pas nommés par la Reine, mais plutôt par le gouverneur général sur avis du premier ministre et étaient vus comme des officiers fédéraux.

Cette situation allait fondamentalement changer. L’identité et les juridictions des provinces s’affirmèrent rapidement à l’encontre de la domination d’Ottawa. Le statut subordonné des lieutenants-gouverneurs évolua à la suite d’une série de décisions des tribunaux en mettant plutôt de l’avant un rôle équivalent à celui du gouverneur général.

Dans une décision déterminante, Maritime Bank en 1892, le Comité judiciaire du Conseil privé à Londres jugea « [qu’]un lieutenant-gouverneur, une fois nommé, est autant le représentant de la province que ne l’est le gouverneur général lui-même pour toutes les fins du gouvernement du Dominion ».

Bien que les lieutenants-gouverneurs soient toujours nommés par le gouverneur général, ils ne sont plus vus comme des officiers fédéraux, mais comme des représentants de plein droit de la Reine, personnifiant la Couronne dans leur province. Le Canada est maintenant ce que l’universitaire David E. Smith appelle « une monarchie composée » de couronnes fédérale et provinciales en coordination équivalentes, reflétant bien la nature de la confédération.[4]

Un royaume indépendant

La délégation du pouvoir royal aux représentants canadiens de la Couronne facilita la croissance de l’autonomie du Canada à l’intérieur de l’Empire britannique et par la suite son indépendance comme une monarchie distincte du Royaume-Uni.

Le Rapport Balfour soumis à la Conférence impériale de 1926 énonça que les dominions étaient « des communautés autonomes […] égales en statut et d’aucune manière subordonnées l’une à l’autre […] bien qu’unies par une allégeance commune à la Couronne et librement associées comme membres d’un Commonwealth britannique des Nations. La Conférence impériale de 1930 affirma que le gouverneur général ne représentait plus le gouvernement britannique mais seulement le souverain, et qu’il était dorénavant nommé par le souverain sur l’avis du premier ministre du Dominion.

L’autonomie des dominions fut formellement reconnue dans le Statut de Westminster adopté par le Parlement du Royaume-Uni en 1931. En 1936, les dominions furent invités à exprimer leur approbation à la suite de l’abdication du Roi Édouard VIII, chacun selon sa pratique particulière.

A son couronnement en 1937, le Roi George VI devint le premier roi à faire allusion à son rôle comme souverain des dominions.[5] L’indépendance complète du Canada fut confirmée en 1939 quand le Roi signa au nom du Canada une déclaration distincte de guerre contre l’Allemagne. La Couronne canadienne atteignit son point ultime d’évolution avec l’accession au trône de la Reine Elizabeth II en 1952, et son couronnement en 1953.

Le statut distinct de la monarchie au Canada fut officiellement reconnu lorsque la souveraine fut reconnue et désignée Reine du Canada par la proclamation énoncée dans la Loi sur les Titres Royaux de 1953.[6] L’évolution du Canada vers son indépendance complète connut son terme avec l’adoption par le Parlement de la Loi constitutionnelle de 1982.[7] Après la mise en vigueur de la Loi constitutionnelle de 1982, aucune nouvelle loi du Parlement britannique ne pouvait avoir d’application au Canada.

Des initiatives symboliques ont confirmé l’identité de la Couronne canadienne. La Reine a approuvé en 1964 un drapeau distinctif pour son usage comme Reine du Canada. Depuis 2010, des drapeaux personnels canadiens ont aussi été approuvés pour le Prince de Galles et d’autres membres de la Famille royale – une première parmi les royaumes du Commonwealth.

A l’occasion du centenaire de la Confédération en 1967, un système de distinctions honorifiques canadiennes sous l’autorité de la Couronne a remplacé le système de distinctions britanniques reconnaissant les accomplissements exceptionnels, les gestes de bravoure, de mérite et de service exemplaire. Une autorité héraldique canadienne a été formée en 1988 sous la responsabilité du gouverneur général aux fins d’exercer la prérogative royale qui permet d’accorder des armoiries, des insignes et des drapeaux, une prérogative qui avait été jusque-là exercée par l’autorités héraldiques d’Angleterre et d’Écosse.

Le statut contemporain de la monarchie

Depuis le Statut de Westminster en 1931, la Reine et la Couronne au droit du Canada ont été distinctes de celles du Royaume-Uni, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et des autres royaumes.

La Loi constitutionnelle de 1982 a enchâssé la monarchie constitutionnelle au Canada. Les amendements à la Constitution reliés à « la charge de Reine, celle de gouverneur général et celle de lieutenant-gouverneur »[8] sont soumis à l’exigence du consentement unanime des deux chambres du Parlement et des assemblées législatives des dix provinces. La Loi constitutionnelle de 1982 a confirmé la réalité du Royaume du Canada.

Depuis lors, des décisions des tribunaux ont clarifié le statut de la Couronne au Canada. En 2013, à la Cour supérieure de l’Ontario, une contestation du serment d’allégeance à la Reine dans la cause McAteer[9] a amené le tribunal à conclure que la Couronne est à la tête du système légal et politique, et qu’en prêtant serment d’allégeance à la Reine, les nouveaux citoyens expriment leur loyauté à « l’institution de l’État qu’elle représente » (traduction libre, par. 52).

Dans l’affaire Motard et Taillon,[10] la Cour d’appel du Québec a rejeté les arguments qui contestaient la validité de la Loi sur la succession au trône[11] à l’effet que ses objectifs ne pouvaient être atteints que par la procédure de consentement unanime prévue à l’article 41 de la Loi constitutionnelle de 1982. La Loi sur la succession au trône et ses principes historiques sous-jacents, a conclu la Cour, « [font] partie de l’architecture du droit constitutionnel canadien. »[12]

Alors que la Reine Elizabeth II marque son Jubilé de Platine en 2022 (soixante-dix ans comme Reine du Canada), la monarchie constitutionnelle demeure un élément clé du système politique et constitutionnel du Canada : elle est l’aboutissement de cinq siècles d’évolution historique, nous distinguant de nos voisins du sud, symbolisant les relations définies dans les Traité avec les peuples autochtones, et elle constitue par elle-même un élément unique de notre identité nationale.

Notes

[1] “Crown-First Nations Treaty Relationships,” dans D. Michael Jackson, éd., Royal Progress: Canada’s Monarchy in the Age of Disruption (Toronto: Dundurn, 2020), 21.

[2] Loi constitutionnelle de 1867, 30 & 31 Vict., c. 3 (R.-U.), Préambule.

[3] Ibid, art. 9.

[4] Voir David E. Smith, The Invisible Crown: The First Principle of Canadian Government (University of Toronto Press, 1995, 2013); D. Michael Jackson, The Crown and Canadian Federalism (Toronto: Dundurn, 2013); et Andrew Heard, “The Provincial Crown and Lieutenant Governors,” dans Royal Progress. Canada’s Monarchy in the Age of Disruption.

[5] Le terme « royaume » a maintenant remplacé celui de « dominion » pour décrire les monarchies membres du Commonwealth. Ce sont dans l’ordre quant au nombre de leur population : Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Papouasie Nouvelle-Guinée, Jamaïque, Antigua-et-Barbuda, Les Bahamas, Bélize, Grenade, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines et Les îles Salomon. Certains pays membres du Commonwealth sont des républiques. Tous les 54 états du Commonwealth reconnaissent la Reine comme « Chef du Commonwealth ».

[6] Le titre officiel de la Reine est comme suit : « Elizabeth Deux, par la grâce de Dieu Reine du Royaume-Uni, du Canada et de ses autres royaumes et territoires, Chef du Commonwealth, Défenseur de la Foi », Loi sur les titres royaux, L.R.C. (1985), ch. R-12, art. 2 al. 2.

[7] Loi constitutionnelle de 1982, annexe B de la Loi de 1982 sur le Canada, 1982, c. 11 (R.-U.).

[8] Ibid, art. 41(a).

[9] McAteer et al. c. Canada (Attorney General of Canada), 2013 Ont. S.C.J. 5895.

[10] Motard c. Procureur général du Canada, 2019 QCCA 1826.

[11] Loi de 2013 sur la succession au trône, L.C. 2013, ch. 6.

[12] Motard c. Canada (Procureure générale), 2016 QCCS 588, par. 123.

Lectures supplémentaires

Peter Boyce. The Queen’s Other Realms: The Crown and its Legacy in Australia, Canada and New Zealand. Sydney: The Federation Press, 2008.

John Fraser. The Secret of the Crown: Canada’s Affair with Royalty. Toronto: Anansi, 2012.

D. Michael Jackson, ed. The Canadian Kingdom: 150 Years of Constitutional Monarchy. Toronto: Dundurn, 2018.

___. The Crown and Canadian Federalism. Toronto: Dundurn, 2013.

___. ed. Royal Progress: Canada’s Monarchy in the Age of Disruption. Toronto: Dundurn, 2020.

Christopher McCreery. The Canadian Honours System, Second Edition. Toronto: Dundurn, 2015.

David E. Smith. The Invisible Crown: The First Principle of Canadian Government. Toronto: University of Toronto Press, 1995, 2013.

Nathan Tidridge. Canada’s Constitutional Monarchy. Toronto: Dundurn, 2011.

___. The Queen at the Council Fire: The Treaty of Niagara, Reconciliation, and the Dignified Crown in Canada. Toronto: Dundurn, 2015.